0

Télé-réalité : faut-il s’en méfier ?

PROPOS SUR LA CULTURE

900 000. C’est beaucoup. Et c’est le nombre de téléspectateurs en moyenne qui regardent le très célèbre programme de télé réalité « Les Marseillais ». La télé-réalité a envahi le petit écran depuis la fin des années 1990 et représente désormais une très grosse part d’audience. Au delà d’être présents à la télévision, les programmes de ce genre fleurissent ailleurs; de nouveaux concepts de télé-réalité font en effet également leur apparition sur des plateformes telles que Netflix ou encore Prime vidéo, avec des noms et concepts toujours plus chocs. 

Par exemple, la plateforme américaine a certainement du vous proposer de regarder « séduction sous haute tension », une émission où le but est de résister à la tentation de s’encanailler avec de jolies bimbo et d’hommes plus musclés les uns que les autres; ou encore « les Real housewives » où de vieilles milliardaires se prennent la tête pour que leur chien ait le plus beau collier Gucci du quartier. Vous l’aurez compris je crois, je ne suis pas forcément une grande adepte de ce genre d’émissions. Mais pourtant, si moi je ne le suis pas, d’autres le sont, et même parfois démesurément. 

En clair, il ne vous aura pas échappé que la Tv réalité fait beaucoup parler d’elle, ce qui en fait un sujet de débat en apparence léger mais pourtant non sans enjeux : les émissions de télé-réalité vont-elles parfois trop loin? Faut-il se méfier de ce genre de programmes, notamment vis à vis de jeunes adolescents ? Je vous propose de m’accompagner dans ma quête de réponses à ces interrogations. 

Tout d’abord, le Larousse définit la Télé-réalité comme une émission télévisée consistant à filmer la vie quotidienne de personnes sélectionnées et volontaires pour participer à une expérience de vie, motivées par la médiatisation voire par l’espoir de célébrité. Il me semble que cette définition en dit beaucoup; ce qui motive les candidats à ces programmes, c’est la médiatisation. Et on le sait; dans le monde actuel, plus on choque, plus on est ridicule, plus on est médiatisé. Ainsi, la plupart des candidates et candidats n’hésitent pas à se mettre en spectacle, quitte à se ridiculiser, tant qu’on peut parler d’eux, c’est tout ce qui compte : bienvenue dans une époque où culture et audience ne vont surtout pas de paire. Qui peut oublier le fameux « Allo, t’es une fille mais t’as pas de shampoing » de Nabilla qui l’a fait connaitre dans le monde entier ? Ou encore le très célèbre « que célèbre-t-on le 11 novembre? La fête de la musique » signé Jessica Thivenin (candidate les Marseillais). En clair, bon nombre de candidats ne sont pas les couteaux les plus aiguisés du tiroir 

Finalement, ces programmes ne poussent-ils pas à la moquerie ? Je fais partie de ces gens qui parfois regardent ce genre d’émissions parce que « c’est ridicule mais du coup c’est tellement drôle ». Autre problème, que je trouve plus dramatique cependant, c’est la très fine frontière qu’il existe entre  télé-réalité et voyeurisme… Quand des chaines telles que W9 créent des programmes spécialement destinés à la naissance d’un enfant de couple de télé-réalité où on a même l’honneur d’assister à l’accouchement(ici je pense notamment à des émissions telles que « Carla + Kevin = bébé Ruby), je crois que la frontière est dépassée… 

Finalement, tous ces points ne sont pas si dramatiques… mais le problème, c’est que la cibles de ces programmes sont des adolescents qui ont parfois du mal à faire la part des choses… En effet, Les Marseillais par exemple sont diffusés au moment de la pause goûter, après les cours. De quoi satisfaire l’appétit de jeunes ados en quête de dramas. Parce que oui, il n’y a pas que la culture qui fait défaut aux candidats de télé-réalité… Il y a l’éducation aussi, parfois. Ils crient, s’insultent, se trompent, se jugent, et ils aiment ça ! Plus il y a de problèmes, plus l’émission fait d’audience; donc plus les candidats seront médiatisés et célèbres.

 Il est vrai qu’en prenant tout ceci en considération, il serait peut-être préférable de laisser un peu de côté la télé-réalité, surtout pour des jeunes adolescents qui sont à un moment clef de leur vie. En effet, ils sont en pleine construction de leur personnalité, de leurs valeurs, alors ne serait-il pas préférable de leur donner pour modèles des personnes un peu plus inspirantes et un peu moins superficielles? Lorsque l’on regarde ce genre de programmes, je crois que le plus important c’est de savoir être mesuré, prendre du recul sur ce que l’on nous met sous les yeux. Et finalement, n’est-ce pas le cas pour beaucoup de choses dans la vie ? 

Justine Gonzales pour Jeunesses de France, le 20 décembre 2021.

Avatar

Justine GONZALES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 + 2 =